L’enfant est mort

 

L'enfant est mort dans Poèmes engagés 01182193

 

 

Addora mète, Addora mète[1]

Ouvrez les yeux et restez sages

Philosophes, journalistes et poètes

Regardez bien, ne ratez pas l’abattage

***

Le père qui lève haut le ton

Gesticule et crie très fort

Contre une rafale de plomb

Qui vient lui transpercer le corps

***

L’enfant n’est pas mort

Tous les journaux l’ont raconté

Dans les bras du père, il s’endort

Il aime ainsi être réconforté

***

Le père heureux et souriant

Avec son cœur de pur

Apprécie le sommeil de l’enfant

Retarde d’acheter la voiture[2]

***

Le père se lève fort et grand

Les coups proviennent de partout

Le corps du môme coule de sang

Comme un fou, il traversa tous les coups

***

Un ange nommé Israël

Descendit sans orgueil

Emporta l’enfant dans le ciel

Et obligea l’armée au recueil

***

Le petit oiseau sans orgueil

Va diffuser ce message

Il va le dire de bouche à oreille

Et va dévoiler toute l’image

***

La tristesse qui frappe le père,

Toutes les histoires qu’il tisse

Racontent partout sur la terre

Le beau sommeil de son fils

***

Le plomb qui est fait de fonte

A ébranlé un tout petit corps

Mais a éclaboussé de honte

Toute une humanité qui dort

***

Le plomb qui a retenti

A démoli le corps d’un enfant

Mais n’a pas atteint l’esprit

Il retentit puis revient

***

Réveillez-vous David et Goliath !

Regardez-les ces soldats fous

Qui ligotent des fillettes

En train de lancer des cailloux !



[1] « Addorra est mort, le petit s’appelait Mohamed Addorra » [2] Le père et son fils avaient l’intention de se rendre au grand marché pour l’acquisition d’une voiture utilitaire.

Cet article a été publié le Mercredi 5 novembre 2008 à 8:21 et est catégorisé sous Poèmes engagés. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

4 commentaires à “L’enfant est mort”

  1. jocelyn dit :

    j ai vu les images insoutenable , mais j ai entendu dire que les balles etais palestinnienne , auriez vous plus d info ?

  2. nannous303 dit :

    En effet, il y a encore des doutes sur la culpabilité des palestiniens mais rien n’a été prouvé puisque les soldats israéliens avaient détruit les lieux du crime. D’après le témoignage d’Abou Rahma, journaliste à France 2, Addora et son père avaient été visés par les balles, il était même quasi-sûr que les balles venaient du côté israélien, seulement son témoignage a constitué une grande polémique dans le camp israélien, c’est pourquoi on a tenté d’accuser les palestiniens d’avoir commis ce crime. De toute manière, cet enfant et son père, qu’ils soient visés par les israéliens ou les palestiniens eux-mêmes, sont des victimes d’une guerre impitoyable. Les palestiniens, tellement marginalisés, qu’ils deviennent obsédés par l’idée de tuer les israéliens même si comme dans ce cas les victimes sont des palestiniens innocents.

  3. francis02 dit :

    je viens vous remercier de votre visite chez moi
    j’ai vu ces image et votre texte est juste
    et sonne vrai
    merci
    amitiés
    francis

    Dernière publication sur NOUVELLES d'hier, d'aujourd'hui, de demain : Articles du 1° mai

  4. Skikiro dit :

    Salut Ons, c Sakr, ton blog est super, le poème de Adorra Mète est magnifique

Laisser un commentaire


emmajolie |
the0feuflorme |
Le blog Top Secret |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | generation jeune
| De tout mon coeur
| ¤ NOUS, NOTRE PROJET, NOTRE...