Moi

Présentation

Lire la suite… »

Publié dans Description Psychique | Pas de Commentaires »

Les amoureux de la ville de Ur

IRAK, PAYS DE LA RICHESSE ET DE LA GLOIRE

Lire la suite… »

Publié dans Poèmes engagés | Pas de Commentaires »

Ma Solitude

Longtemps la solitude fut considérée comme un mal que l’on doit guérir au plus vite possible. Pour certains, cela peut être de même mais ce n’est guère mon cas puisque j’essaie tout le temps de faire de ma solitude un espace créatif. En effet, je fuis mes dilemmes quotidiens en m’isolant d’un monde réel que je méprise consacrant le temps dont je bénéficie pour dessiner un univers doté de tous les secrets paradisiaques qui vont encore embellir mes pensées. C’est pour ainsi dire un espace à travers lequel je vis ma solitude de façon humble mais vive évitant d’avoir recours à des solutions totalement inefficaces à l’image du chagrin ou encore une mélancolie lassante. C’est donc l’occasion pour moi de faire la rencontre du MOI que je me donne du plaisir à façonner à mon aise, les autres ne peuvent en aucun cas le voir car ils n’ont pas l’aptitude de comprendre les traits d’une personnalité différente de la leur. Je vis, je vois, j’observe, je rêve, je contemple, j’aime, j’imagine, je songe, je devine, je pense, je crée, ce sont les verbes qui résument ma solitude.

Publié dans Description Psychique | Pas de Commentaires »

Rêver

 UN REVE, UNE VIE, UN BONHEUR

Lire la suite… »

Publié dans Description Psychique | 1 Commentaire »

Région de Kasserine

Région de Kasserine dans Poèmes engagés

 

 dans Poèmes engagés

 

Publié dans Poèmes engagés | Pas de Commentaires »

Thala

 

 

 

 

Thala dans Mes Envies 01182257

 

 

 

 

Thala, l’aurore de ma jeunesse
Thala, les roses de ma vie
Thala, mes élans et mes prouesses
Thala, le secret de mes envies

 

Thala, l’encens des couleurs
Le mélange du crépuscule
Thala la source de mes douleurs
Thala, l’essor, l’amalgame et le recul

 

Thala, le nom de ma fille
A qui j’ai dédié tous mes poèmes
Qui scintillent et qui brillent
Et qui appellent toux ceux qu’on aime

 

Thala, la rose du midi
Le chrysanthème du dimanche
Thala, les dits et les non dits
Thala le goût des revanches

 

Ton histoire veille dans ton cœur
Au centre ville, elle roupille
Elle sautille comme un leurre
Qui disparait quand il brille

 

Mais quand on flâne le long du « Char »
Ou aux environs de « Sidi Shil »
On reconnait vite les vieux « douars »
Et ces arômes qui défilent

 

Ceux qui t’ont quittée un jour
A la suite d’un coup de colère
Ils ne rêvent que d’un retour
Pour se rappeler de leur galère

 

Ne leur dis pas de gros mots
Ce ne sont que tes enfants
Qui un jour en mal de peau
Ont mal admis les coups du vent

 

Ces temps-là sont tous maussades
Pourquoi se priver donc de son aurore
Qui se faufile à la dérobade
Pour ne pas réveiller la lune qui dort

 

Thala, je veux te dire une confidence
Qui me tient vraiment à cœur
Quand tu veux exprimer tant de souffrance
Tu ne dévoiles que du bonheur

 

C’est à cause de ce silence
Qui pèse lourd aux alentours
Que les gens ont lâché leurs médisances
Et ont arrêté de faire l’amour

Publié dans Mes Envies | 2 Commentaires »

Paris

Paris se couvre dans sa brume
Telle une reine dans son voile
Pour se dévoiler, elle s’assume
Sous une lumière matinale
Qui, tantôt s’éteint, tantôt s’allume
Puis se démet et s’emballe
Et lui ôte une écorce d’amertume
La préparant au prochain bal
Comme je t’aime Paris, la capitale et le capital !

 

Paris l’amour aux sentiers et aux ruelles
Aux coins des églises et aux parcs des jardins
Au milieu de la foule et dans les grandes citadelles
On s’enlace, on se berce et on se prend par la main
Puis, on fredonne tous les airs habituels
On escalade les immeubles et à l’immédiat, on descend
Et après des dizaines de prouesses sensuelles
On accourt dans tous les sens et après on s’étreint
Comme je t’aime, Paris des autres et des miens

 

Paris la fête matin et soir
Paris l’amour à cent ans
Paris l’honneur et la gloire
Paris l’encens, les arômes et les parfums
Paris la détresse et le désespoir
Paris le goût et le palet de tous les vins
Paris les fûts et les immenses réservoirs
Paris la classe et le sens des humains
Paris l’insens, le surhumain et l’inhumain

 

Moi qui souffre et qui peine
Je me repose et je respire
Quand je flâne près de la Seine
Parmi les mâts de ces navires
Une bouffée d’air dans mes veines
Qui me donne la force de réagir
Sans fatigue, sans souci et sans gêne
Sans s’intimider et sans rougir
Paris des plaintes et des soupirs

 

Quand je flâne à Montparnasse
Tous les soirs au crépuscule
Pour siroter un thé de glace
Ou un cocktail qui stimule
Dans les cafés sur les terrasses
Et quand l’aurore se dissimule
Aux ronds points des grandes places
Dans ma tête, tout s’éclaircit et se bouscule
Paris, je t’aime quand tu flambes et quand tu brûles

 

Au bord du Quai d’Anatole France
La où se parent les bateaux mouches
Les uns se frôlent et se lancent
Les autres boudent puis se touchent
Au bruit des jeunes qui s’invitent à la danse
D’autres s’embellissent et se douchent
Quand ils regardent les gens qui passent
Dans une écluse qui, pour s’ouvrir, elle se bouche
Comme je t’aime, Paris l’essence et la souche !

 

Dans les bus et aux métros des banlieues
Ces belles dames qui suffoquent de colère
Dans ce grand Paris intrigant et curieux
Ce Paris de tristesse et de galère
Mais dès qu’elles ouvrent les yeux
Et quand elles parviennent à regarder par terre
Elles puissent implorer le grand Dieu
Entre leurs nombreuses crises de nerfs
De leur sauvegarder le Paris de la paix et de la guerre

 

Tu m’envoûtes et tu me tues
Tu crées l’ensemble de mes envies
Tu m’aliènes et tu t’en fous
Tu m’enflammes toute la vie
Tu m’as habilement abattu
Mais je suis heureux et ravi
De t’avoir si bien connu
Car tu me redonnes de l’élan et de la survie
A toi, Paris la mort, Paris la vie!

 

Je m’en vais décidément
Mais je ne suis pas mécontent
Même si j’ai un malaise de parcours
Qui va m’accompagner pour longtemps
Je vais t’envoyer des poèmes tous les jours
Qui te rappelleront de temps en temps
Mais sans remord ni détour
Toutes les belles choses de l’Orient
A toi, Paris le respect et la passion

 

Si je peux émettre un souhait
Qui me tient et serre le cœur
Rappelle-toi qu’au prochain mois de mais
Je ne serai pas présent pour les fleurs
Car je ne peux pas t’offrir des œillets
En gage d’amour et de bonheur
Mais à la place, des rameaux d’olivier
Qui en séchant, dégageront mille odeurs
A toi, Paris l’indiscrétion et la pudeur

Publié dans Mes Envies | Pas de Commentaires »

La Tunisie

 

 

 

 

La Tunisie dans Mes Envies 01182237

 

 

 

 La Tunisie, c’est un pays qui a su conserver ses traditions dans le comportement quotidien de chacun citoyen, mais cela ne l’a pas empêché de poursuivre sa quête vers la modernité. Cher ami, si tu viens visiter un jour la Tunisie, tu pourras tout de suite découvrir et explorer notre univers familial traditionnel. Dans presque toutes les familles tunisiennes, les maîtres des maisons, c’est-à-dire les grands-pères portent un certain bonnet rouge qui ceint le front, on l’appelle Chéchia. Aujourd’hui, la Chéchia est portée tout comme les chapeaux ordinaires, elle est devenue une sorte de mode. Aussi, découvriras-tu le narguilé, chez nous on l’appelle « la Chicha » : fumer la Chicha c’est-à-dire fumer du tabac dans une pipe à eau. Ça ressemble un peu au tabac mais malgré les nombreux plaisirs qu’elle peut procurer, cette pratique demeure toutefois dangereuse.

En Europe, vous êtes habitués à vous baigner dans des salles de bain à domicile. Nous, nous ne nous baignons guère à la maison mais au « hammam », le bain maure, c’est une sorte de bain public où, comme dans un sauna, vous accédez d’un compartiment à l’autre, et sans vous rendre compte, vous vous mettrez à circuler parmi les chambres et dans chacune d’entre elles, vous aurez ressenti une sensation particulière à cause de la chaleur qui change d’une à une autre. N’hésitez pas à vous rendre au « hammam », c’est relaxant.

Aussi, a-t-on en Tunisie ce que l’on appelle les marabouts, ce sont des sages qui jeûnaient et méditaient afin d’être plus proches de Dieu. Les tombeaux des marabouts ne se trouvent pas partout. Il y a des sortes de petits bâtiments cubiques coiffés d’un dôme, c’est là où on enterre les marabouts.
Ô tu sais, les tunisiens croient toujours aux pouvoirs surnaturels des marabouts.
Pour pouvoir bien coexister avec les familles tunisiennes et surtout les familles conservatrices, il faut respecter un certain nombre de règles comportementaux et vestimentaires.
On doit impérativement nous déchausser avant d’entrer dans une pièce d’une maison dont le sol est couvert de tapis.
Les tunisiens aiment les jolis cadeaux alors si une famille t’invite veille à ce que ton cadeau ne soit pas de l’argent.
Vous les européens, vous adorez photographier vos amis alors si un jour tu photographies tes amis tunisiens tâche de ne pas oublier de leur envoyer les clichés au retour.
Les tunisiens en invitant des amis venus de l’étranger préfèrent leur servir le plat traditionnel tunisien : le couscous donc, il vaut mieux ne pas le refuser.
Il est absolument irréprochable de passer devant quelqu’un en prière. Aussi, n’est-ce pas la peine de chercher à pénétrer dans un lieu saint.
Les tunisiens ont l’habitude de poser plusieurs questions à un étranger alors il vaut mieux y répondre.
On utilise toujours des formules de politesse qui vous semblent assez bizarres ; par exemple, avant de manger il est de coutume de dire Bismillah c’est-à-dire « Au nom de Dieu » et après avoir fini de manger, on dit Hamdulillah c’est-à-dire « Que Dieu soit loué ». Aussi, utilise-t-on cette expression en apprenant une bonne nouvelle.
En français, on dit Merci lorsqu’on veut remercier quelqu’un ; chez nous on dit « Choucran ».
Les familles tunisiennes sont profondément fidèles aux principes de l’Islam. On peut bien le constater dans notre manière de vivre : on ne boit pas d’alcool, on jeûne pendant le mois de Ramadan, on célèbre toutes les fêtes musulmanes, on répond à l’appel de la prière 5 fois par jour. Bien sûr, on n’est pas tous pareils puisqu’on trouve encore des, croyants non pratiquants.
La Tunisie est un pays francophone qui respecte et honore la langue française d’ailleurs elle célèbre le 20 mars de chaque année la fête de l’indépendance et la journée internationale de la francophonie. Et cette même francophonie qui a permis aux tunisiens de s’exprimer et donner leurs opinions en face de leurs amis français, canadiens, belges… et tous les autres pays francophones d’ailleurs nous sommes restés très francophiles.
La Tunisie a garanti l’égalité entre l’homme et la femme en éliminant toutes les formes de la discrimination à l’égard des femmes d’ailleurs elle célèbre avec tous les autres pays le 8 mars la journée mondiale de la femme.
C’est une garantie pour la modernisation comme l’a déjà Monsieur le Président de la République Ben Ali, il a donc dit que la femme en Tunisie représente l’un des bastions de la modernité et du progrès.
La femme a le droit de participer effectivement dans tous les domaines politique, culturel, social et économique. C’est pourquoi la Tunisie moderne a tout fait pour renforcer à promouvoir les droits de la femme.
Il y a longtemps, la femme n’avait pour tâche que l’éducation des enfants et toutes les autres tâches domestiques ayant rapport avec la famille mais la famille c’est après tout un point de départ pour les promoteurs de la Tunisie moderne donc la situation de la femme doit être prise en compte d’ailleurs c’est ce qu’a toujours fait l’ex président de la république Habib Bourguiba qui a fondé le code du statut personnel.
Ainsi le code du statut personnel permet à la femme de demander le divorce exactement comme l’homme et qu’elle a le droit d’être informée de tout ce qui a rapport avec son mariage parce qu’autrefois, l’homme pouvait divorcer de sa femme quand il veut sans même l’informer ce qui est injuste et ce n’est pas avec cela qui va nous aider à renforcer la situation de la famille en Tunisie.
Aussi, le code du statut personnel a interdit formellement le mariage quatre fois qui était d’ailleurs permis en Islam mais la Tunisie a annulé cette règle pour toute l’injustice qu’elle a à l’égard de la femme surtout que d’habitude l’homme ne traite pas ses femmes de la même manière.
La loi en Tunisie donne à la femme le droit de gérer les affaires de ses enfants en collaboration avec le père dans trois domaines précis ; l’enseignement, les voyages et les comptes financiers. Cette loi a donc supprimé le devoir d’obéissance totale de la part de l’épouse envers son époux.
En Tunisie, pour une femme condamnée à mort et enceinte, la sentence ne sera exécutée qu’après la naissance de son enfant.
La femme est également protégée contre le crime de viol. La loi interdit formellement tout attentat commis sur une personne sans son accord. Toute personne ayant enfreint cette loi est condamnée pour six années d’emprisonnement et pour douze ans si la victime n’est pas encore majeure c’est-à-dire âgée de moins de dix-huit ans.
La femme est aussi protégée professionnellement grâce au code du travail qui interdit toutes sortes de discriminations ou d’exploitations du sexe féminin. La femme ne doit donc pas être employée la nuit pour une période d’au moins douze heures consécutives.
Grâce au statut général de la fonction publique, la femme a les mêmes droits que l’homme, elle peut travailler dans tous les domaines et peut participer aux concours de recrutement d’employés d’ailleurs les statistiques montrent que 14 % des hautes fonctions sont occupées par des femmes et dans les différentes activités professionnelles.
La Tunisie est désormais fière de ses performances à l’égard de la femme et de la famille en général.
La majorité des étudiants sont des filles et la plupart des lauréats sont des filles. La Tunisie est meilleur que l’Espagne, le Royaume Uni, l’Italie et prête à rivaliser avec la Suède ou encore la Norvège.
La Tunisie moderne s’attend à un futur meilleur avec plus de vigilances, d’efficience afin de mieux développer les compétences de la femme et ainsi le rôle de la famille tunisienne est au sommet de la gloire parce dans le milieu familial il n’y avait que la femme qui souffrait du racisme et de la xénophobie ce qui bien sûr va entraîner les enfants dans plusieurs problèmes et souffrances. C’est pourquoi la Tunisie a cherché à améliorer la situation de la femme dans la société tunisienne afin de ne pas rencontrer des obstacles ayant rapport avec la génération de demain parce qu’il n’y a que la famille conséquente et complète capable prédire l’avenir de la Tunisie de demain.
Maintenant, la famille tunisienne est toujours fidèle à ses traditions mais aussi la famille en Tunisie constitue la société tunisienne cependant, il est de son devoir de nous donner une Tunisie moderne.

Publié dans Mes Envies | 1 Commentaire »

Maladie Mortelle

On a tous un certain bout de narcissisme chez soi, c’est ce qu’ont réussi à prouver les psychanalystes durant les décennies qui précèdent. L’enfant grandit tout en ayant une certaine estime de soi et c’est tout à fait naturel mais au fur et à mesure que le temps passe, il apprend à gérer ses sentiments de la façon qu’il voit convenable. Néanmoins, cette gestion des sentiments dépend plus que tout des facteurs de l’entourage, ses parents, ses proches, ses amis et même de la société tout entière. On ne naît jamais prétentieux ou hypocrite mais on le devient facilement si on se laisse battre par les influences extérieures. Ainsi, la famille joue un rôle primordial dans l’érection de la personnalité de l’enfant puisque c’est de ses parents et de ses proches que l’enfant apprend les bonnes ou les mauvaises manières. Toutefois, il ne faut pas reprocher à la famille la mauvaise conduite des enfants sans considérer l’environnement dans lequel l’enfant est censé vivre. En effet, c’est la société qui fait en sorte pour que l’enfant puisse vivre en toute sérénité sans problèmes psychologiques quelconques ou qu’il perde tout contrôle sur sa personne. Si vous jetez un coup d’œil dans les divers établissements, vous trouveriez des cas inimaginables. Ainsi, un garçon se comportant de façon agressive et irrespectueuse n’est pas forcément victime de ses parents puisque ceux là peuvent avoir fait leur rôle correctement mais désespérément car leur enfant a été victime des fléaux sociaux ravageant la société. De même, un individu réputé pour sa bonne conduite n’est assurément pas toujours le fruit de l’éducation parentale. Aussi faut-il reconnaître que ceux appartenant à la deuxième catégorie sont rares dans une même société parce que les différents phénomènes sociaux sont les mêmes partout donc c’est inaccoutumé de trouver des gens adaptés à ces conditions. On est tous menacés, les grands comme les petits.
Je reviens à la supposition de départ, l’enfant naît narcisse et non pas malhonnête. Le narcissisme peut être considéré comme une qualité chez certains, à ce moment là, rien n’est exceptionnel car on est tous narcisses de façon innée, comme il peut être vu comme étant un défaut entraînant alors l’homme dans des conflits intérieurs, au plus profond de lui-même, et extérieurs avec les membres de son entourage. Le narcissisme serait dans ces conditions une maladie très grave, l’enfant se croirait supérieur aux autres sans pour autant être le cas, il refuserait tout contact avec ceux qui ne partagent pas avec lui les mêmes convictions et les mêmes habitudes, il deviendrait banni par ses camarades et même par ses proches sans se rendre compte de son erreur, il considérerait toute personne s’opposant à ses idées comme un ennemi qu’il faut combattre et lorsqu’il se trouve en face de personnes supérieures à lui aux yeux des autres, il deviendrait mélancolique refusant toute communication. Certains iraient même jusqu’à se suicider, on parlerait d’une maladie mortelle mettant fin à la vie d’un être humain pour un objet sans intérêt considérable. Le narcissisme peut être comparé à cet instant comme le cancer qui commence à se propager de plus en plus dans le corps humain dévorant les cellules jusqu’à atteindre les cellules cardiaques tuant alors l’organisme définitivement.
Les personnes concernées par ce fléau n’ont pas conscience de la gravité de leur situation, ils vivent un dilemme chronique et ne veulent pas en parler de peur d’être pris comme objet de moqueries et des fois ils ont raison parce qu’on n’a pas toujours conscience des malheurs des autres, et on en rit souvent. Et comme c’est dur d’enterrer les douleurs dans le plus profond de ton âme et de refuser de te confesser pour sentir au moins une sorte de soulagement. C’est là où l’importance de l’amitié se manifeste nettement et quand on n’a pas d’amis, la tâche se verrait lourde devenant un fardeau très dur à supporter. C’est pour cette raison que cela ne sert à rien de négliger les autres parce qu’en se conduisant ainsi, on leur donne l’occasion de nous négliger davantage et ceci n’est en aucun cas un bon présage pour qui que ce soit. La solution serait d’accepter la réalité des choses et de suivre La Fontaine qui dit « On a toujours besoin d’un plus petit que soi » sans pour autant faire de la modestie un défaut parce que comme le narcissisme peut être un défaut, il est quelques fois perçu en tant que qualité méritée.

Publié dans Description Psychique | 2 Commentaires »

La Personnalité des Grands est Faite de leurs Incompréhensions

L’homme est une entité que l’on réussira jamais à décrypter quelque soit le procédé adopté. C’est pourquoi c’est difficile pour toute personne vivant sur ce globe terrestre de appréhender le mystère de ceux qui nous entourent même s’il s’agit des personnes les plus contigus. D’ailleurs, ne soyez pas trop ahuris de redécouvrir une personne que vous connaissez pour la deuxième fois alors que vous vous connaissiez depuis un bon moment. Il est vrai qu’à un moment donné, l’homme se trouve écroué dans une cellule dans laquelle il se sent entouré de gens philanthropiques, dans son esprit à lui, mais dès qu’il réussit à s’en sortir, il devient conscient de la vérité des choses, que ces personnes ne sont que des imposteurs ayant incarné l’image de l’être parfait prêt à donner la main pour aider ses amis. Ce sont des personnes qui ont une mauvaise compréhension de la liberté et comme dit Nietzche : « On vit pour aujourd’hui, on vit très vite- on vit sans aucune responsabilité : c’est précisément ce qu’on appelle liberté. »
Le monde est comblé de gens de la sorte et il est bien dur pour un homme ingénu qui refuse de croire à l’existence des esprits maléfiques parmi les hommes de survivre dans cette planète. Les esprits simples n’ont pas de place dans la société actuelle du nord au sud mais si cela fait plaisir d’en trouver un et de faire sa connaissance mais ce qui est sûr c’est qu’il ne sera pas l’ami fidèle parce que tout simplement quelques soient les bonnes intentions de l’individu, il ne peut préférer son plaisir personnel de co-vivre avec ces personnes à celui caractéristique du bien commun. C’est en effet ce que l’on peut constater dans les guerres, le bonheur du citoyen est toujours dévalorisé devant l’intérêt de la nation ou plutôt de la patrie qui est un nom fort utilisé pour tromper l’individu qui s’intéresse réellement à l’intérêt de son pays.

L’union est un terme inconnu de nos jours et c’est ce qui rend la vie pénible surtout quand l’homme se trouve dans des difficultés et qu’il ne trouve personne à ses côtés pour le soutenir dans son dilemme. La seule solution étant toujours efficace, c’est d’apprendre à avoir le cœur dur pour que l’on puisse éviter l’humiliation et la moquerie des autres et le plus important c’est de savoir choisir ses amis. On ne peut quand même pas se passer de ses amis mais des fois on se sent forcés de le faire quand vos chers amis se lassent de vous et tentent de trouver d’autres compagnons qui soient capables de jouer la comédie exactement comme eux.

Ces gens doivent être combattus avec ardeur. On ne peut les éliminer mais on peut vivre avec eux en raisonnant exactement comme eux. D’ailleurs Alain avait raison lorsqu’il a dit : « Réfléchir, c’est nier ce que l’on croit ».

Publié dans Description Psychique | 2 Commentaires »

12

emmajolie |
the0feuflorme |
Le blog Top Secret |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | generation jeune
| De tout mon coeur
| ¤ NOUS, NOTRE PROJET, NOTRE...